ex5.jpg

Entrer dans l'écriture n'est jamais un acte neutre. C'est une technique complexe.

Deux gestes se superposent : un geste corporel (tekhné) et un geste intellectuel (logos).

L'écriture n'est pas une forme d'expression naturelle. Tous, nous avons dû l'acquérir lors d'un processus d'apprentissage, pour la plupart, à l'école. Notre rapport à l'écriture est imprégné de souvenirs scolaires, plus ou moins agréables. Nous avons appris à manier le matériel (crayon, plume, papier, etc.) et nous avons découvert et appris à manipuler les éléments du langage ainsi matérialisés.  

 

L'écriture n'existe pas sans son support matériel. Ce caractère sensible, charnel, tracé, imprimé, gravé la distingue de la parole portée par le souffle du corps de l'homme et également des écritures numériques, dématérialisées.

Dans le mot ÉCRIRE, il y a CRIER et RIRE aussi mais avant tout, CRÉER. En écriture, autant de cris de douleur, de joie, d’alerte, de découvertes qui surgissent. Ils engendrent souvent aussi des éclats de rires, des soupirs de détente et d’émerveillement. C'est une expérience à vivre. Sans autre prétention que la rencontre avec soi grâce à ses propres mots et au reflet de ceux des autres participants. Cette expérience s’offre à chacun-e lorsqu’il/elle crée-écrit en atelier.

L'approche thérapeutique proposée se base sur l'aspect matériel de l'écriture,

et l'action exercée sur ce qui est visible. Les mots sont déjà là, présents dans le langage. 

Il s'agit d'accéder aux mots (aux maux) grâce aux situations d'écriture créative.

Les mots parlent de la personne qui écrit. Ils lui parlent intimement d'elle. 

L'écriture. Qu'est-ce que c'est ?